Le château de Versailles choisit le duo Courbit-Ducasse pour son hôtel de luxe

lesechos.fr | avril 4, 2016

le-chateau-de-versailles-choisit-le-duo-courbit-ducasse-pour-son-hotel-de-luxe

Le domaine du château de Versailles aura droit à son hôtel de luxe. L’établissement public gérant ces lieux de prestige pour la France a en effet retenu le groupement réunissant LOV Hotel Collection – le pôle hôtelier de l’homme d’affaires Stéphane Courbit –, et Alain Ducasse Entreprise – le groupe diversifié du célèbre chef –, pour la réalisation d’un projet hôtelier haut de gamme.

Cet hôtel, dont la décoration sera inspirée du XVIIIe siècle, comportera notamment une vingtaine de chambres et un restaurant gastronomique. Il sera réalisé dans les bâtiments du Grand Contrôle – situé à côté du château de Versailles –, du Petit Contrôle et du pavillon des premières cent marches. Le montant du programme est de l’ordre de 14 millions d’euros.

Appel d’offres lancé le 1er août 2015

Le duo LOV-Ducasse a été retenu à l’issue d’un appel d’offres lancé le 1er août 2015, sur la base d’une concession portant sur 2.800 m2 et d’une durée de cinquante ans, avec redevance assise sur le chiffre d’affaires de l’hôtel (il était aussi prévu un minimum garanti payable d’avance).

Compte tenu du caractère exceptionnel du projet, celui-ci avait, au départ, suscité une vingtaine de marques d’intérêt françaises et étrangères, notamment du champion tricolore de l’hôtellerie, AccorHotels. Ce dernier a été battu dans la dernière ligne droite.

Si Alain Ducasse fait partie des figures françaises de l’hôtellerie-restauration haut de gamme, cette opération versaillaise met la lumière sur une autre facette de Stéphane Courbit, surtout connu comme un homme de télévision (Banijay), du secteur de l’énergie (Direct Energie) ou des jeux d’argent en ligne (Betclic Everest Group). Son petit groupe hôtelier LOV Hotel Collection réunit six établissements de luxe, notamment le palace Les Airelles à Courchevel ou La Bastide de Gordes dans le Luberon. Lors de son lancement, en 2013, Stéphane Courbit avait indiqué vouloir créer un réseau de 15 à 20 hôtels ou belles maisons.

Lire l'intégralité de l'article